Toi, Moi & Co : un Festival par les jeunes et pour les jeunes !

affiche TMC6 - webLa 6ème édition du FESTIVAL TOI, MOI CO a lieu en ce moment même !

Dès cette semaine, les 17, 18, 19 mars, au Grand Parquet (35 rue d’Aubervilliers 75018 Paris).
Le week-end suivant, nous serons au Vent se lève !, au Centre Paris Anim’ La Chapelle et à la Péniche Antipode.

Dans le cadre d’ateliers du media Jupiter-Info, quatre jeunes de l’ACERMA, en charge de la communication et de la programmation du Festival, ont produit des articles afin de vous informer sur son élaboration. Maïlys est allée à la rencontre des participants des ateliers.

Aujourd’hui, je suis allée à la rencontre de trois participants des ateliers de « Toi, Moi & Co ». Ces ateliers ont la particularité d’aboutir à un festival monté par les jeunes et pour les jeunes.

Kaou, 17 ans, élève dans un collège, fait partie de l’atelier programmation du festival. Lorsqu’on lui demande comment a-t’ il connu l’atelier programmation auquel il participe, il répond sans surprise que c’est grâce à l’intervention de Fanny. Coordinatrice de l’action, elle est venue présenter dans l’association « Hors la rue » les ateliers fait par l’ACERMA et proposer aux jeunes de venir participer, comme Kaou. . Kaou a porté son attention sur l’atelier programmation par envie de découvrir. Pour lui cet atelier transmet beaucoup de valeurs, dont certaines portées par l’ACERMA, comme la non-consommation d’alcool. Quant à son rôle dans l’atelier, il est le même que celui des autres, il n’y a pas de différences entre les adhérents, ils montent ensemble le festival en lisant toutes les réponses de l’appel à projet, en programmant les spectacles et les films d’un commun accord, ainsi qu’en organisant les week-ends de festival. Mais tout ce travail passe aussi par de la communication, dont la réalisation d’une affiche, la remise en ligne d’un site entièrement refait par leurs soins. Cet atelier est un réel travail pour les participants qui s’impliquent.

Après avoir discuté avec Kaou, j’ai rencontré Guilene, 20 ans, elle a connu les ateliers de la même manière que Kaou, mais cette fois-ci c’est avec le PAEJ (Point Accueil Écoute Jeunes) du 19eme arrondissement . Comme elle le dit elle-même : « Par rapport à l’atelier théâtre, j’ai appris beaucoup de choses, que je ne connaissais pas dans ma vie, ça m’a beaucoup aidée, car je suis vraiment très timide, mais comme je viens de commencer je ne peux pas encore beaucoup en parler ». En plus de ça l’ambiance de l’atelier laisse paraître de la bienveillance et une super entente entre les participants.

En observant leur répétition j’ai pu voir l’implication que les participants mettaient dans l’ouvrage. Ils donnent tous leurs avis, les improvisations proposées par chacun sont gardées et réutilisées. C’est un travail collectif sur plusieurs mois, sans les participants le projet ne pourrait aboutir.

Capture d’écran 2017-03-16 à 11.43.38

Je suis allée dans un autre atelier pour rencontrer d’autres jeunes et comprendre leur motivation. Dans cet atelier les participants ont pour but la réalisation d’un film documentaire sur le sujet de leur choix. Marie, la réalisatrice en charge d’aider et de conseiller les participants de l’atelier, laisse le choix des sujets et des envies de chacun. Elle est présente pour les conseiller et les guider dans les techniques de réalisation, de montage, de manière de filmer, etc.j’ai pu parler à trois participants qui m’ont expliqué leurs activités et projets au sein de l’atelier. J’ai donc rencontré Elisa, 24 ans, ingénieure du son qui souhaite se reconvertir dans la musique, Charlotte, 25 ans et journaliste bénévole dans une radio, et enfin Djadje, 22 ans.

Elisa par exemple participe aux ateliers réalisation vidéo car avant elle travaillait avec Marie, la réalisatrice en charge de l’atelier, et ce pendant 2 ans. Elisa réalise un film sur son arrière-grand-mère, Charlotte qui réalise un film sur les turcs venus en France dans les années 1980,

Charlotte quant à elle a connu l’atelier en lisant, il y a 1 an et demi, un appel à participants dans la newsletter de l’auberge de la solidarité.

Djadje, grâce à l’intervention de Fanny dans son foyer d’accueil à Belleville. a choisi comme axe : les différences culturelles entre l’Afrique, plus précisément le Mali et le Sénégal, et la France.

Tous trois ont donc des sujets totalement différents et c’est ça qui, selon moi, fait la richesse de l’atelier. Alors bien évidemment ils rencontrent des difficultés qui varient en fonction des personnes et des projets .

Djadje a eu du mal avec le montage. Charlotte a eu quelques difficultés à trouver des personnes assez intéressées et concernées par son projet pour répondre à ses questions, et surtout elle a rencontré des problèmes pour se projeter dans son film. En effet c’est dur de prévoir les réponses que l’on peut avoir, il est difficile d’anticiper, comme elle le dit : « On avance à l’aveugle ». Mais cet atelier leur a aussi beaucoup apporté à chacun, notamment le partage et l’entraide. Pour Djadje, c’est un enrichissement au niveau du langage et de la communication au sein d’un groupe.

Après avoir bien parlé avec tous ces participants, je m’aperçois que j’ai retrouvé ma propre réflexion et ma propre expérience dans leurs paroles de chacun des interviewés… puisque, moi aussi, je fais également partie d’un des ateliers, celui de la programmation du festival. Je confirme que ces ateliers permettent d’acquérir une certaine autonomie dans la réflexion, on change notre vision : Par exemple dans l’atelier vidéo où on acquiert un autre regard sur les images. Ces moments nous amènent à entreprendre et à réaliser des projets que jamais nous n’aurions pensé être capables de faire.

Capture d’écran 2017-03-16 à 11.43.49

Un article rédigé par Maïlys Jouanne

Retrouvez toute la programmation en cliquant ici et suivez l’actu du festival en cliquant ici.

L’entrée est gratuite sur réservation. POUR RÉSERVER, CLIQUEZ ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.