Mesurer la Terre avec un bâton et un chameau, épisode 2

Logo ArticlePour aller plus loin, on pourrait discuter sur la validité de la mesure et donc sur les erreurs de précisions.

Eratosthène a émis certaines hypothèses pour faire son calcul qui explique les petites erreurs. D’abord, que la Terre est parfaitement ronde. Or la Terre est une sphère qui est légèrement aplatie au niveau des pôles. Ensuite Eratosthène considère qu’Alexandrie et Syène sont situées sur le même méridien (sur la même ligne) car elles sont toutes les deux situées au cours du Nil. En fait elles sont légèrement décalées.

Google earth/image Landsat
Google earth/image Landsat

Cette erreur a peut-être été compensée par l’erreur de mesure de la distance entre les deux villes. Enfin il supposa que les rayons du soleil sont parallèles entre eux lorsqu’ils arrivent sur la Terre. Cette supposition revient à dire que le soleil est situé suffisamment loin de la Terre ce qui est tout à fait valable.

Il faut savoir que pour certains, Eratosthène utilisa non pas un bâton de bois (gnomon), mais l’ombre du phare d’Alexandrie ou encore l’obélisque de la ville. Quel que soit l’objet utilisé le résultat est le même, car il suffit d’utiliser un objet dont on connaît la longueur pour réaliser les observations. Et là ça devient intéressant !

« Pourquoi ? »

Et si nous réalisons l’expérience maintenant que nous avons la méthode, on pourrait commencer par faire la liste de ce dont nous avons besoin puis voir à la fin si on trouve le même résultat !

« Pour le bâton OK, mais on a ni de chameau ni de bématiste ! »

Pour ce qui est du chameau et du bématiste, si on y réfléchit bien, c’est uniquement pour déterminer la distance entre deux villes, on pourrait les remplacer par un logiciel de cartographie qui nous donnerait la distance entre nos deux villes situées sur le même méridien. Mais en tant que Parisiens, on pourrait faire mieux qu’un simple bâton. On pourrait utiliser un des nombreux monuments de Paris pour l’expérience ! Il nous faudrait un monument dont on connaît la longueur et qui nous permettrait de mesurer l’ombre au sol. Une idée ? Je vous donne un indice. J’en ai déjà parlé un peu plus haut…

« Pas de mer à Paris, pas de phare… Donc l’obélisque de Paris ! »

http://3.bp.blogspot.com/
http://3.bp.blogspot.com/

Oui ! L’obélisque de Louxor. Ce monument offert à la France par l’Égypte serait parfait pour notre expérience.

http://www.cnesobservatoire-cosmothropos.fr/
http://www.cnesobservatoire-cosmothropos.fr/

En fait, c’est le plus grand cadran solaire du monde ! Ici à Paris. Si l’on regarde de plus près, on peut même lire l’heure directement en regardant l’ombre porter sur sol.

http://breves-histoire.fr/
http://breves-histoire.fr/

Des lignes sont tracées au sol (place de la concorde) avec des chiffres romains à l’extrémité indiquant l’heure de la journée en fonction de l’ombre au sol.

image10
http://www.paristoric.com/

Vous avez maintenant tout pour faire l’expérience… Que ce soit de Paris ou d’autres villes quelconques, il suffit de mesurer l’angle de vos gnomons, de connaitre la distance entre vos deux villes et avec un peu de géométrie retrouvez la circonférence de la Terre ! J’attends votre résultat d’expérience…

Personnellement, je trouve que la précision du calcul n’est pas le plus important ici (même si j’avoue que c’est plutôt fort), mais je trouve encore plus important qu’Eratosthène, à plus de 2000 ans ce soit dit : « Je ne sais pas si la Terre est ronde, mais si elle est ronde, voici ça circonférence. »

Je trouve plus remarquable l’idée de se poser des questions à l’aide de l’observation, d’émettre des hypothèses et de réaliser des expériences pour comprendre ce qui nous entoure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.